• Précepte 17 de Gichin Funakoshi

    Les 20 préceptes laissés par Maitre GISHIN FUNAKOSHI

    PRÉCEPTE 17

    Kamae wa shoshinsha ni ato wa shizentai

    Le novice s'astreint à la posture de garde formelle, la posture naturelle viendra plus tard.

    Kamae = Posture de combat

    Le but du karaté étant le non combat, le fait de ne pas adopter une posture de combat va dans ce sens. Le fait de bomber le torse accentue les probabilités de finir le conflit violemment.

    Cette humilité physique doit être accompagnée d'un Kamae mental fort, discernable par la personne en conflit avec nous, qui de ce fait désamorcera sa violence sans perdre la face puisque vis-à-vis des tiers l'autre n'aura montré aucune agressivité.

    Un principe important pour ne pas se retrouver obligé de combattre est de :

    NE JAMAIS LAISSER L'ADVERSAIRE DOS AU MUR SANS PORTE HONORABLE DE SORTIE.

    Je pense que ce précepte va plus loin que ce pragmatisme.

    Si le débutant prend un Kamae, c'est justement parce qu'il est débutant, il est une personne avec plusieurs facettes, il est étudiant ou travailleur, mari ou célibataire, père et grand-père, cinéphile ou amateur de cinéma, pratiquant de karaté etc. etc.

    Avec le temps cette personne devient un Karatéka, avec plusieurs facettes, il est Karatéka étudiant ou travailleur, Karatéka mari ou célibataire, karatéka père et grand-père, Karatéka cinéphile ou amateur de cinéma, etc. etc.

    IL NE PRATIQUE PLUS LE KARATÉ, IL EST KARATÉ.

    Il n'a plus besoin d'ouvrir une parenthèse (le Kamae) pour entrer dans l'esprit du Karaté, il est le Karaté.

     

    Le karaté est devenu son identité, sa vie, tout ce qu'il fait il le fait en pensant karaté.

    Avant de savoir conduire on prend des leçons de conduite, on vient à l'auto école et on se met dans la peau d'un conducteur, on vérifie ses rétros, son point mort etc. On fait chaque action en y pensant intensément, et on réfléchit à ne rien oublier. Une fois le permis acquit et avec l'expérience des kilomètres, on n'a plus besoin de se mettre dans la peau d'un conducteur : on est conducteur.

    TOUTES LES ACTIONS QUE L'ON FAISAIT AVEC RÉFLEXION,

    SONT À PRÉSENT FAITES SANS Y PENSER.

    Gichin Funakoshi et Genwa Nakasone - Les vingt préceptes directeurs du karaté-dô - Le legs spirituel du Maître.