• Assertivité

    ASSERTIVITÉ

    Par karatedidact le 10 Mars 2019 à 22:58

    ASSERTIVITÉ 

    L’assertivité, ou comportement assertif, est un concept de la première moitié du XXe siècle introduit par le psychologue new-yorkais Andrew Salter  désignant la capacité à s’exprimer et à défendre ses droits sans empiéter sur ceux des autres. Il a été développé plus récemment par Joseph Wolpe, psychiatre et professeur de médecine américain, qui le décrivait comme une « expression libre de toutes émotions vis-à-vis d’un tiers, à l’exception de l’anxiété ». Plusieurs ouvrages de vulgarisation ont été publiés dans la seconde moitié du XXe siècle pour faire la promotion de l’assertivité, en particulier dans le cadre du développement personnel.

    Le mot assertivité vient de l’anglais assertiveness, substantif formé à partir du verbe « to assert » : affirmer, assertion, s’affirmer, défendre ses droits, défendre son opinion. Assertiveness peut se traduire en français par affirmation de soi.

    Pour le définir en français, il faut au minimum 5 termes différents :

    ASSUMER. RESPECT. RÉCIPROCITÉ. MAÎTRISE. POSITIVE.

    L’assertivité serait le fait d’assumer ce qu’on est, ce qu’on fait et ce qu’on dit, dans le respect de sa propre personne et dans celui des autres, dans une relation de réciprocité, qui implique à la fois une bonne maitrise de soi et une intention de s’inscrire dans une démarche positive !

    L’ASSERTIVITÉ EST CONSIDÉRÉE COMME L’ART DE FAIRE PASSER UN MESSAGE DIFFICILE SANS PASSIVITÉ MAIS AUSSI SANS AGRESSIVITÉ.

    Dans le cadre des relations humaines, l’assertivité est présentée comme un comportement qui s’appuie sur le refus d’avoir recours à trois comportements types à effets négatifs :

    1- Les comportements d’agression (ou de domination par la force) ;

    2- Les comportements de soumission, qui peuvent se matérialiser par la fuite ou l’abandon ;

    3- Les comportements de manipulation (ou de domination par la ruse), parfois exprimés sous forme de manipulations mentales.

    Le choix d’un comportement assertif suivra l’adoption de la « position de vie » correspondante.

    L’assertivité est étudiée dans des domaines tels que la psychologie sociale ou le management.

    Analyse transactionnelle

    Dans le point de vue de l’analyse transactionnelle, la position de vie de l’assertif correspond au « je suis OK, vous êtes OK » (relation idéale selon l’analyse transactionnelle). L’assertif postule le respect réciproque des opinions : ce n’est pas parce que moi j’aime telle chose que les autres ont tort de ne pas l’aimer.

    Schéma ci-contre : Comportements humains et positions de vieAssertivité

                     - Je suis OK, vous êtes OK : Assertivité

                     - Je suis OK, vous n’êtes pas OK : Agression (ou domination par la force) /

                                                                             Manipulation (ou domination par la ruse)

                     -Je ne suis pas OK, vous êtes OK : Soumission

                     -Je ne suis pas OK, vous n’êtes pas OK : Abandon

     

     

     

    Critiques de ces techniques

    Selon certains auteurs, les techniques dites assertives sont parfois sujettes à caution si leur utilisation doit conduire à une forme de manipulation, ce qui serait en profonde contradiction avec le premier principe qui consiste justement à refuser ce comportement.

    Si l’assertivité est l’art de la concession et du compromis, le fait de réduire l’assertivité à des « trucs et astuces » est parfois considéré comme une perversion du sens au risque de tomber dans la caricature.

    Créer des techniques ou méthodes à partir de l’assertivité présenterait donc le risque d’entrer en contradiction avec la définition même de l’assertivité.

    Dans les années 1970 et 1980, alors que l’assertivité était populaire, certains participants de stages « devaient faire des choses révoltantes au nom de l’assertivité, comme répéter froidement à quelqu’un une demande jusqu’à ce qu’ils obtiennent ce qu’ils voulaient ».